Les Vins des Côtes de Millau

Les vins de Millau reviennent de loin. En 1850, le vignoble atteignait 15 000 ha de vignes pour une production annuelle de 500 000 hectolitres. A l’instar de tous les vins du Sud-Ouest, le phylloxera de la fin du XIXème siècle n’épargna pas les ceps de la région. La saignée de la Guerre de 14-18 contribua également à l’abandon des terrasses. 

Et si après le conflit, la vigne repris ses droits, le cœur n’y était plus. Ceux qui n’avaient pas déserté le vignoble pour les mégisseries de Millau ou les Caves de Roquefort jouaient la carte du volume et cherchaient à « faire pisser la vigne» à partir de cépages utilisés dans le midi. Sans s’apercevoir que les consommateurs privilégiaient de plus en plus la qualité… C’est tout le mérite des vignerons de la cave des Gorges du Tarn d’avoir joué la qualité à partir des années 1990 en plantant des parcelles en gamay et syrah notamment. Après avoir été VDQS ( Vin de Qualité Supérieure), le décret d’AOC est paru fin 2011.

Dans ses vignes, Alain Montrozier, l’ancien président de la Cave des Vignerons des Gorges du Tarn, axe beaucoup son travail sur le foliaire. «Surdimensionner le feuillage, c’est permettre d’avoir le meilleur capteur solaire pour développer au final les meilleurs polyphénols. Car c’est là que sont les meilleurs tanins.»explique-t-il. La vinification se fait dans des cuves inox thermorégulées, pour éviter les chocs thermiques. Le vin est ensuite élevé 16 mois au minimum dans des fûts de chêne neufs dans les caves ancestrales du village Compeyre

.

Alain Montrozier dans ses vignes